top
menu MENU
Droit-pratique.fr | Toutes les informations pour agir

Divorce et protection du logement familial

Publié le 12/09/19


Quel que soit leur régime matrimonial, les couples mariés bénéficient d’une protection juridique du logement familial, que celui-ci soit la propriété commune des deux époux ou appartienne en propre à l’un d’entre eux seulement : les époux ne peuvent pas disposer l’un sans l’autre des droits assurant ce logement (notamment vendre ce logement). Concrètement, leur signature à tous les deux est obligatoire.


Mais qu’en est-il lorsqu’un époux a fait donation d’un logement qui lui appartient à ses enfants d’une première union, en s’en réservant l’usufruit, et qu’il décède ensuite pendant la procédure de divorce, alors que l’épouse habite toujours dans les lieux ? Cette épouse, qui n’a pas donné son accord à la donation du logement, peut-elle après coup (une fois son mari décédé) contester celle-ci pour la faire annuler et rester ainsi dans les lieux ?

La réponse de la Cour de cassation est négative : la protection légale invoquée par l’épouse (celle de l’article 215 alinéa 3 du code civil) ne dure qu’autant que dure le mariage. Le mari étant décédé, le mariage se transforme donc en veuvage et il n’y a plus de protection pour l’épouse (Cour de cassation, 1re chambre civile, 22/5/2019, n° 18-16666). Solution rude, qui n’aurait pu être évitée que si la réversion de l’usufruit au conjoint survivant avait été prévue dans la donation (c’est en général ce qui se fait).

PARTAGER SUR
NOS ACTUALITÉS TOUTES NOS ACTUALITÉS more

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. Plus d'infos Accepter